La monnaie unique en Afrique : parlons-en !

Lorsqu’on fait le tour des pays africains, il est très facile de se rendre compte de ce que chaque pays à sa monnaie sauf ceux de l’Afrique subsaharienne qui ont en commun le franc CFA imposé par la France. Ce constat ralenti les échanges raison pour laquelle une possibilité de monnaie unique en Afrique était évoquée. On verra donc les acquis et les failles de ce projet.

À quel niveau est la monnaie unique en Afrique ?

Lorsqu’il y a près de cinq ans les pays de l’Union africaine (UA) ont décidé de se mettre ensemble pour créer une monnaie unique en Afrique afin de faciliter les échanges commerciaux, tout le monde se sentait fier et avait hâte de voir ce projet se matérialiser. On constate maintenant qu’il y a des avancées notables qui poussent à réfléchir sur ce même sujet. D’abord, il était convenu que la monnaie soit fabriquée en Afrique. Mais après, on décide que c’est en France que cela se fera. Ensuite, les dirigeants africains avaient dit que cette monnaie unique permettrait d’accroître les revenus des populations et de faire monter le PIB. Mais en réalité, on comprend qu’il va falloir admettre que cette monnaie soit trois fois inférieure au franc CFA avant de la voir monter des années après.

Quelles sont les failles du projet de la monnaie unique en Afrique ?

Lorsqu’on veut réellement détecter les failles de ce projet, il faut voir le nombre de fois les versions dans les explications des chefs d’États africains changent. D’abord, ce projet était bien parti pour séparer l’économie de l’Afrique à celle de l’Europe. Mais ce n’est plus le cas, car la monnaie devra être fabriquée en France, ce qui veut dire que la France contrôlera le flux ou l’inflation de la monnaie sur le marché. Enfin, il faut comprendre que ce projet fut le cheval de bataille de grands hommes africains qui se sont vus tués ou emprisonnés par la France.