Assassinat de l’ambassadeur italien en RDC : que dit le gouvernement du Congo ?

Lorsqu’on parle de diplomatie entre les pays, c’est une question très importante, car des situations vraiment inattendues et désobligeantes peuvent survenir. Ces situations ne manqueront pas de mettre deux pays en guerre si les relations diplomatiques entre ces pays n’étaient pas bonnes dès le départ. C’est ce qui arrive à la RDC et à l’Italie qui font face à une situation alarmante.

Dans quelle condition est mort l’ambassadeur italien ?

Lorsqu’on consulte l’actualité et les prises de parole des ministres congolais de la Sécurité intérieure et des Relations internationales, on comprend une version très simple de l’histoire qui n’est pour autant pas contractée par l’Italie. En effet, ces ministres affirment que l’ambassadeur se rendait dans une école pour des questions d’aides humanitaires et c’est une fois dans une zone couverte par des rebelles qu’il fût tué avec son garde du corps. Ensuite, ce qui est plus alarmant est que le convoi de l’ambassadeur n’avait pas été signalé au ministère de l’Intérieur afin de recevoir une garde rapprochée. Ce qui veut dire que l’État n’était pas informé de la présence de cet ambassadeur dans une telle zone à risque.

Quelles sont les résolutions immédiates qui sont prises ?

Lorsque l’assassinat eu lieu, le gouvernement du Congo a d’abord présenté ses excuses et ses condoléances à l’Italie avant d’affirmer sa volonté de retrouver les coupables de cet acte horrible. On constate maintenant que tout ambassadeur qui se déplace doit signer son itinéraire au ministère afin d’être assisté. Il faut préciser que c’est dans le cadre d’une activité de l’ONU que l’ambassadeur était présent, alors l’Italie a exigé une enquête de la part de l’ONU afin de ne pas laisser un tel acte impuni. Enfin, il y a quelque 72 heures après l’assassinat que le corps de l’ambassadeur et de son garde du corps a été envoyées en Italie.